Vivez l'Odyssée "Amérindiens" vue de la mer

Vivez l'Odyssée "Mémoires" vue de la mer

Présentation

La légende des Taïnos raconte que, jadis, les femmes régnaient sur le monde, au point que le soleil s’en est indigné. C’est ainsi qu’est né le héros Jurupari, présent sur terre pour donner aux hommes et aux enfants mâles les secrets du pouvoir. Le mythe de Jurupari évoque également les punitions affligées aux femmes, notamment en les rendant idiotes et muettes. La société Taïnos est toutefois restée matrilinéaire, c'est à dire que l'affiliation se fait par l'ADN de la mère exclusivement, et pas celui du père. 

La Martinique : l’île des femmes et des enfants sans père
Au cours de son second voyage à Saint-Domingue, les Arawaks auraient parlé à Christophe Colomb et son équipage d’une île située à l’Est,  qui serait peuplée uniquement de femmes guerrières et indépendantes, et où la présence d’hommes serait temporaire, dans le seul but de procréer. Le nom Matinino aurait pour signification littérale « l’île sans père », descendant de la langue taino-arawak : ma- : sans, -inin : père, géniteur, -no : suffixe marqueur du pluriel. L'existence de cette île se retrouve dans la mythologie Taïno, qui décrivait une île où les enfants naissaient et vivaient sans pères. 

C'est en juin 1502 que Christophe Colomb débarque sur cette île, et, marqué par la forte présence des femmes et du très faible nombre d'hommes, ce dernier était persuadé de découvrir là l'île mythique, qu'il nomma ainsi Matinino, ancienne Martinique. 

S'y rendre

M'y rendre

Médiathèque

Galerie Photos

Contacts

home Adresse

Le François, Martinique
Mentions légales