Vous avez des envies d'ailleurs? Ici, mille pépites d’un parcours entre lagunes et paysages millénaires vous  transportent dans la Méditerranée originelle.
 
Vous pouvez choisir de suivre les traces de l’histoire romaine. Imaginer les navires qui remontent la lagune, les marchandises qui arrivent de toute la Méditerranée, le trafic intense sur les rives et plus tard les incursions de pirates ...
Les paysages, sublimes, ont peu changé depuis deux mille ans. Des salins aux couleurs intenses, de petits ports de pêche artisanale, des zones humides où la vie sauvage s’épanouit... Toujours la vigne et l’olivier partout présents et de grands espaces à explorer.
 
Au gré de votre humeur, de votre forme et de vos envies, sur les chemins ou juste à côté, vous avez le choix de vivre des expériences originales et souvent uniques : balade en kayak ou en voilier centenaire sur la lagune, apéritif sur une île sauvage à la tombée du jour, création de Land’Art avec un artiste animateur, dégustation d’huitres en direct des bassins, char à voile sur des plages immenses, concert de jazz sous le ciel étoilé en pleine garrigue, soirée branchées dans un bistrot vintage, séance d’aquabike en mer, ....

L’éventail des possibles est large, vous êtes seul capitaine à bord.

Pour rejoindre votre point de départ
En bus vers Gruissan / Bages / Peyriac de mer / Sigean / Port la Nouvelle et La Palme
Lignes bus : 8 / 10 / 14 / 15 / 16 / 18
 
Plus pittoresque : le train des lagunes de Narbonne à Port la Nouvelle – Trajet 12 mn – 19 trains par jour
Départ Gare SNCF Narbonne ou Port la Nouvelle

Original: Vous faites la balade jusqu'à Gruissan ou Port la Nouvelle et vous prenez le bateau pour rentrer. Possibilité d'embarquer les vélos à bord.
 
Louez une voiture (et pourquoi pas électrique ?) selon vos besoins
Auprès des agences de location traditionnelles : Europcar, Avis, Hertz, ADA, Rent a Car, France Car, Ucar... présentes à proximité de la gare
Sur le site Modulauto - www.modulauto.net  - tel:04967580606 add_circle_outline
Vous avez des envies d'ailleurs? Ici, mille pépites d’un parcours entre lagunes et paysages millénaires vous  transportent dans la Méditerranée originelle.
 
Vous pouvez choisir de suivre les traces de l’histoire romaine. Imaginer les navires qui remontent la lagune, les marchandises qui arrivent de toute la Méditerranée, le trafic intense sur les rives et plus tard les incursions de pirates ...
Les paysages, sublimes, ont peu changé depuis deux mille ans. Des salins aux couleurs intenses, de petits ports de pêche artisanale, des zones humides où la vie sauvage s’épanouit... Toujours la vigne et l’olivier partout présents et de grands espaces à explorer.
 
Au gré de votre humeur, de votre forme et de vos envies, sur les chemins ou juste à côté, vous avez le choix de vivre des expériences originales et souvent uniques : balade en kayak ou en voilier centenaire sur la lagune, apéritif sur une île sauvage à la tombée du jour, création de Land’Art avec un artiste animateur, dégustation d’huitres en direct des bassins, char à voile sur des plages immenses, concert de jazz sous le ciel étoilé en pleine garrigue, soirée branchées dans un bistrot vintage, séance d’aquabike en mer, ....

L’éventail des possibles est large, vous êtes seul capitaine à bord.

Pour rejoindre votre point de départ
En bus vers Gruissan / Bages / Peyriac de mer / Sigean / Port la Nouvelle et La Palme
Lignes bus : 8 / 10 / 14 / 15 / 16 / 18
 
Plus pittoresque : le train des lagunes de Narbonne à Port la Nouvelle – Trajet 12 mn – 19 trains par jour
Départ Gare SNCF Narbonne ou Port la Nouvelle

Original: Vous faites la balade jusqu'à Gruissan ou Port la Nouvelle et vous prenez le bateau pour rentrer. Possibilité d'embarquer les vélos à bord.
 
Louez une voiture (et pourquoi pas électrique ?) selon vos besoins
Auprès des agences de location traditionnelles : Europcar, Avis, Hertz, ADA, Rent a Car, France Car, Ucar... présentes à proximité de la gare
Sur le site Modulauto - www.modulauto.net  - tel:04967580606

Pourquoi ce départ?

À vivre

38
Étape(s)
0
Expérience(s) ou
Incontournable(s)
7
Circuit(s)

Pour qui ?

Les + du parcours

Le début du voyage à la Maison de la Méditerranée et son spectacle immersif
Un parcours qui vous laisse libre de vos choix
De grands espaces et une nature préservée qui vous offrent des paysages exceptionnels, une flore et une faune uniques
La découverte de la lagune comme vous ne l'avez jamais vue
Un éventail d'expériences bleues originales à vivre côté mer ou côté lagune.
 

À faire quand ?

clearJanvier
clearFévrier
clearMars
clearAvril
clearMai
clearJuin
clearJuillet
clearAoût
clearSeptembre
clearOctobre
clearNovembre
clearDécembre
M'y rendre

Expériences phares

A pied
3j
CoupleGroupFamilySeniors
Vélo électrique
5h
CoupleGroupFamilySeniors
VTT/VTC
1j
CoupleGroupFamily
Terrain
Nature
Distance
77km
Dénivelés
+340m | -353m
En boucle
Non
Theme
Nature et découverte
Saisons
Printemps - Été - Automne - Hiver
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 1

Le port de plaisance

A Gruissan, l’espace est morcelé entre les reliefs (Pechs, Clape), le village de pêcheurs qui s’enroule autour de son Château depuis le XIème siècle, et la plage des Chalets, urbanisée dès les années 1850 dans le cadre d’un tourisme familial et spontané. Entre le village et les Chalets s’étend un vaste espace marécageux, recouvert d’eau lors des entrées maritimes et où serpente un chemin que les Gruissanais nomment « la piste ».
Au début des années 1960, l’Etat engage une politique d’aménagement du littoral destinée notamment à capter les flux touristiques en direction de l’Espagne. Pour ce faire la mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon dite «Mission Racine», est créée en 1963. Elle réalisera la Grande Motte, le Cap d’Agde, Port Leucate, Port Barcarès, Saint-Cyprien et Gruissan. Le port de Gruissan verra ses premiers touristes arriver en 1976…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 2

Paysages de lagunes

Sur l’immense complexe lagunaire de Gruissan, ou s’entremêlent canaux et étangs, berceaux d’une biodiversité extraordinaire, le pêcheur n’a que l’embarras du choix pour se balader, en bordure des prés-salés et des champs de salicorne, histoire d’y surprendre canne en main, loups, mulets ou daurades que la richesse du milieu attire ici sans relâche. Fort de différentes techniques de pêche, il est le maître des lieux et communique via un langage au combien particulier dont seuls les gruissanais ont le secret.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 3

Quelques poissons de nos étangs

Le grand chassé croisé des poissons
Au printemps les premières chaleurs élèvent la température de l’eau des lagunes et la lumière pénètre facilement dans les eaux peu profondes favorisant le développement du plancton et des espèces végétales. Les lagunes deviennent donc très attractives pour nombre d’espèces de poissons (anguilles, daurades, mulets, loups...) qui viennent y grandir. En automne c’est l’inverse, les étangs se refroidissent et les populations de poissons non sédentaires tentent de repartir vers la mer et le large.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 4

l'Histoire des pêcheurs au fil des siècles

Pêcheur un jour, pêcheur toujours…tel pourrait être l’adage qui résume l’histoire des pêcheurs de Gruissan. De pères en fils ils ont traversé les siècles, guidés par une passion ancestrale et un savoir faire naturel. La plupart des quartiers du vieux village, comme celui de la Vendée, se souviennent encore de la vie animée des pêcheurs et de leurs familles. Dès le Moyen Age, ces capitaines au long cours bravaient courageusement les éléments à bord de leurs embarcations, usant de techniques de pêche, comme « les bateaux bœufs » parfois controversées…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 5

Le paysage du Canal Sainte-Marie au Château de Gruissan

Le Paysage Culturel Raconté du Canal Sainte-Marie au Château de Gruissan et ses thématiques culturelles : Gruissan, porte d'entrée de Narbonne la romaine et la vigne et le vin à Gruissan.

A ce Paysage Culturel Raconté du Canal Sainte-Marie au Château de Gruissan nous vous ferons voyager au travers d'un paysage qui fait face à l'un des plus beaux et des plus préservés massif du tout le Languedoc-Roussillon : le massif de la Clape.
Vous y découvrirez : l'histoire de Gruissan comme porte d'entrée de Narbonne la romaine, première fille de Rome hors d'Italie, la vigne et le vin, le massif de la Clape, sa faune et sa flore, les étangs de Gruissan, le Pech Maynaud, l'Office de Tourisme et le port de plaisance.

A cette escale Odyssea, nous vous raconterons :
1. Le Paysage Culturel Raconté du canal Sainte-Marie au Château de Gruissan.
2. Gruissan, porte d'entrée de Narbonne la romaine.
3. La vigne et le vin à Gruissan.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 6

Eau douce et eau de mer

L’histoire de Gruissan a toujours été liée de près comme de loin à l’évolution des espaces lagunaires et maritimes qui entourent ce beau village en circulade. Des lieux comme le vieux port, le lieu dit « la fontaine », le pont qui relie le bourg à l’Ile Saint Martin, le chenal du Grazel, témoignent de la surprenante adaptabilité des gruissanais à composer avec la Nature. Les pêcheurs eux-mêmes ont toujours su exercer leur métier aussi bien en étangs qu’en mer….drôles d’embarcations que furent les leurs et dont certaines sont encore utilisées de nos jours. Au large, la Mer Méditerranée, nourricière et bienveillante, regorge d’une extraordinaire biodiversité marine, aussi riche que fragile et dont les pêcheurs de Gruissan prennent grand soin, conscients des dangers grandissants qui la menacent.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 7

Les salins de Gruissan


Les salins de Gruissan
Des salines existaient autour de la lagune dès l’antiquité. Sous la domination romaine et pendant tout le Moyen-âge (période durant laquelle certaines croyances mystiques attribuent au sel des pouvoirs insoupçonnés) , le sel constituait une des richesse s de la région et faisait l'objet d'un intense trafic. L'exploitation  du sel sur l'île de Saint-Martin débute au XXe siècle, en 1910. Des digues sont construites pour protéger les partènements et le salin des coups de mer, les roches utilisées provenant des carrières toutes proches de Gamarre et Graniès. Aujourd’hui les salins fournissent du sel sous différentes formes pour des utilisations variées. L’entretien des salins permet le développement d’un réservoir de biodiversité unique et permet la nidification des oiseaux migrateurs. Plus de 200 espèces d’oiseaux, de plantes et plus de 750 flamants se partagent ce site exceptionnel.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 8

Ancienne carrière de Graniès

Sur votre gauche. Les blocs de cette ancienne carrière ont servi à la construction des digues du salin et du monument aux morts. Il existait d’autres carrières sur le littoral, sur l’île Saint martin et surtout à Ste Lucie qui ont servi à la construction de la cathédrale de Narbonne et du château de Gruissan.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 9

Poste d'observation des oiseaux migrateurs

Derrière l’ancienne station de pompage, c’est LE Point d'observation de migration des oiseaux AU PRINTEMPS. Par vent de nord ouest / Tramontane ou Cers, les oiseaux volent bas. C’est le bon moment pour les voir passer sur les étangs à basse altitude, surtout le matin.  Lorsque le vent se pose, les oiseaux changent de couloir de vol pour se diriger au dessus des Corbières. Les étangs de Gruissan, reconnus zones humides d'intérêt international, abritent une biodiversité exceptionnelle.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 10

Village des pêcheurs de l'Ayrolle

Des cabanes autour d'un petit port des années 80 où les pêcheurs dits de petit métier perpétuent la tradition de la pêche artisanale. Au fil des saisons, ils exploitent les eaux lagunaires, à bord de leur barque à la recherche de loups, mulets, dorades, soles, barbus et anguilles.

La pêche se pratique surtout grâce à des barrages de filets appelés pantannes. Les pêcheurs tirent au sort leurs emplacements respectifs, ils établissent un barrage de filets en un endroit peu large et profond. Ces filets, les pantannes, sont formés de deux longs et larges bras au milieu desquels s'ouvre une nasse à poches de plus en plus exiguës. A l’automne, le poisson préfère passer en mer (moins sensible aux basses températures) et  veut quitter les étangs. Il se heurte aux barrages de pantannes, croit trouver un passage par les ouvertures des nasses, y pénètre et reste prisonnier.
Aujourd’hui encore les filets sont fabriqués par les pêcheurs. Ils utilisent des mailles plus ou moins grandes selon la saison.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 11

Les Fouilles archéologiques

Imaginer le port antique de Gruissan
Le port de Narbo Martius  au 2° siècle avant JC est un des plus grands centre de commerce de tout l’empire romain, après celui d’Ostie à Rome. Le trafic est intense. Les bateaux de haute mer accostent à Saint Martin pour charger ou décharger leurs marchandises. Des bateaux à fonds font la navette jusqu’au port de Narbonne et retour. Plusieurs débarcadères maillent la lagune. Les marchandises proviennent de toute la Méditerranée : vin, métaux, huile d’olive, et même des objets précieux que l’on retrouve parfois dans de luxueuses villas  de la ville et des environs.
L’établissement antique de Saint-Martin-le-Bas, qui s’étend sur au moins 3 ha, est adossé au versant sud de l’île, à environ 300 m du rivage actuel de l’étang de l’Ayrolle. Il s’agirait d’un vaste établissement à vocation de préfecture maritime où se réglaient toutes les démarches des navires entrant dans la vaste zone lagunaire du port de Narbonne. Dans la deuxième zone de fouilles près du rivage, se tenait le phare ou signal qui guidait les navires depuis la haute mer et assurait  les communications avec les autres points de surveillance qui bordaient la lagune (Peyriac de Mer, Bages...) en cas d’attaque venant de la mer.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 12

Flore, végétation et terroir de l'île Saint Martin

L’Ile Saint Martin est un véritable réservoir naturel de points d’intérêts et de sources d’inspiration. Cette mosaïque de décors abrite une végétation dense et riche, une flore rare et préservée, des paysages antiques colorés (pinèdes, vignobles et safranière), témoins des origines romaines du territoire et de son évolution au fil des siècles.



 
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 13

Pont jaune

Le pont jaune est l’ancien pont en fer de Gruissan. Il a été déplacé le 29 juillet 1986 depuis le village jusqu’ici pour permettre le passage du Canal Sainte Marie.
Après le pont jaune suivre à droite le chemin qui longe l’étang de Gruissan. Un peu plus loin, vous trouverez des panneaux explicatifs sur la faune et la flore des étangs de Gruissan. Avec un peu de chance, vous apercevrez de nombreuses colonies d’oiseaux. A vos appareils photos !
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 14

Le canal Ste Marie

Une zone humide vivante
Le canal Ste Marie alimente en eau douce l’étang de Gruissan et selon les apports, fait varier la salinité de la lagune. Le long des berges, vous pouvez observer  tout un réseau alimentant des zones humides non cultivées (roselières, prairies humides) qui font l’objet de restauration et d’entretien, car elles constituent d’excellents refuges pour de nombreuses espèces d’oiseaux. Une lutte est aussi menée contre les espèces nuisibles qui colonisent les canaux  (ragondins, écrevisses de Louisiane, Jussie…) contrariant ou inhibant du court au long
terme une gestion durable et cohérente des réseaux hydrauliques
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 15

Cabanes Villeneuve

Un ancien village de pêcheurs d’étang
Les cabanes de Gruissan forment un petit hameau abandonné, mentionné dès le XVIII° siècle sous le nom de Villeneuve sur les cartes de Cassini. Il est le témoin d’un passé pas si lointain où la vie se nichait au cœur même de la lagune. Là les pêcheurs les plus pauvres vivaient de leurs prises dans les chenaux et marais environnants.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 16

Pont des pâtres

Un espace frontière
C’est ici que se situe la limite de salure des eaux, la frontière entre eaux marines et eaux fluviales. C’est elle qui définit le champ d'application de la réglementation de la pêche maritime et de la pêche fluviale. Elle est décidée après analyse de la salinité de l'eau en plusieurs points.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 17

Canal de la Robine

Toute une vie au bord du Canal
Le canal de la Robine est creusé dans un ancien lit abandonné de la rivière Aude (Atax), déjà utilisé pour la navigation depuis les Romains. Il permet le transport de marchandises et notamment le sel, puis le vin, le grain, le bois... entre la côte et l’arrière pays notamment Toulouse. Les bateaux à fons plats, spécialement conçus pour naviguer sur le Canal, franchissent les écluses en convois. Tout un peuple de « gens de l’eau » et de terriens gravite autour du canal. Aujourd’hui, le transport de marchandises est abandonné au profit de péniches qui transportent les touristes au fil de l’eau pour leur plus grand bonheur.
Il est classé au patrimoine de l'UNESCO au même titre que le canal du Midi dont il est une dérivation qui permet aux bateaux d'atteindre la mer.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 18

La gare de Gruissan

Une gare au bord de l’eau
La Compagnie des Chemins du Midi décide en 1853 que la ligne passera par Narbonne et cette ville sera la tête d'un embranchement sur Perpignan. Les travaux commencés en 1854, sont terminés en 1857. La ligne Narbonne Perpignan, via Tournebelle, elle, sera ouverte en 1870. En 1875, le Chef de Gare de Narbonne exige, pour tous les envois adressés à Gruissan : "des frais de magazinage qui s'élèvent par wagons complets à la somme de 10 francs par jours". Les Gruissanais demandent un délai de 48 heures pour aller chercher leur livraison à Narbonne et envisagent la création de leur gare. La Commune de Gruissan dans le but  de se rattacher directement à la voie ferrée", va construire la route de Mandirac. En 1893 il ne "reste qu'une dépense d'un peu plus de 4 000 francs pour terminer le chemin d'accès à travers les étangs et le mettre en état de viabilité jusqu'à la future gare de Gruissan". Après de nombreuses discussions et la signature de conventions entre les parties, concernant un droit de passage des voyageurs sur le chemin de halage du canal, assorti d'une redevance annuelle,  Gruissan possède enfin sa gare et son chemin d'accès ... Nous sommes en 1897 ! Un siècle plus tard, dans les années 1970, la fréquentation est devenue insuffisante, la gare est fermée.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 19

La Sansouire

Une petite Camargue
Vous êtes au cœur d’un paysage lacustre où la terre cède la place à l’eau au gré des caprices des vents et que l’on appelle la sansouire. C’est une sorte de petite Camargue où se côtoient les étangs et les marais, les rizières, les pâtures à taureaux et les steppes salées. C’est le domaine de la salicorne, longtemps recueillie pour la soude qui en était extraite. Savez vous que l’on peut aussi la manger aussi en salade?  Ce sont aussi des zones d’expansion des eaux en cas de submersion ou d’inondation et des espaces qui favorisent l’observation et la contemplation du paysage. La préservation des prairies, sources de biodiversité est conduite par le Conservatoire du Littoral.
location_on

L'Odyssée - Narbonne

Étape 20

Le quartier de La Nautique

Coup de cœur des Narbonnais, le port de la Nautique est plein de charme avec sa vue sur l’étang et le village de Bages. Vous pouvez réserver au restaurant et organiser sur sortie en canoë, paddle ou encore catamaran avec la Société Nautique. Une pinède ombragée estbienvenue par forte chaleur le temps d'une pause.
Ce lieu peut également vous emporter dans la grande histoire, celle des Romains qui ont fondé Narbo Martius en 118 avant notre ère et qui avait choisi le secteur de La Nautique pour aménager le débarcadère principal.
 
location_on

L'Odyssée - Narbonne

Étape 21

Port antique de La Nautique

Tout au long du XXe siècle, de nombreuses observations lors de recherches ou de travaux montrent l’ampleur du site. La Nautique à partir de l’époque césarienne montre la présence d’un bâtiment luxueux en bord d’étang ainsi que des fours de potiers et de grands entrepôts à dolia qui pouvait témoigner du commerce du vin en vrac, de la fabrication de céramiques et l’exploitation industrielle des fruits de mer.. Les marchandises véhiculées dans de grands bateaux hauturiers étaient déchargées dans les débarcadères sur la lagune (notamment au débarcadère de l’île Saint Martin à Gruissan), puis acheminées par voie d’eau et voie terrestre vers la ville. Certains navires de moyen tonnage pouvaient peut-être remonter jusqu’à Narbonne sans qu’on n’ait besoin de transborder les cargaisons. Au-dessus des entrepôts, une villa luxueuse, a fait l’objet de prospections géophysiques et de sondages suite à la découverte du vivier de Capelles.
Les dimensions de ce vivier (3 500 m2) dépassent largement celles du vivier de l'empereur Tibère par exemple. Peut-être est-il impérial car sa datation, autour du changement d'ère, renvoie au règne d'Auguste. On sait que l'empereur est venu à Narbonne en 27 av. J.-C. organiser l'administration des provinces, le recensement et le cadastre. A-t-il séjourné dans une demeure luxueuse comme celle de la Nautique ? Aucun texte ne mentionne cet épisode, ni la création du port. En revanche, les auteurs antiques signalent que, durant son séjour à Narbonne, Auguste fit construire un temple au dieu du vent local, le Cers, mais l'emplacement de ce lieu de culte reste pour le moment inconnu».
La villa bénéficiait d'une vue panoramique : située sur la partie haute du plateau et pourvue d’un nombre de pièces considérable, elle surplombe la zone portuaire au sud, et comporte un parc et un vivier, une salle de banquet d'été, à l'ouest, une piscine e 18m sur 6m et un bassin circulaire de 6 m de diamètre, couvert. Le bassin était alimenté par une canalisation en plomb. On sait que la villa était ornée de mosaïques, et entièrement décorée. La villa était équipée d'un système d'égout sophistiqué, intact à ce jour. Les campagnes de fouille des années à venir vont peut-être révéler les salles d'apparats, et lever le mystère sur le nom de son célèbre propriétaire.
 
location_on

L'Odyssée - Narbonne

Étape 22

Fouilles archéologiques de Mandirac

La difficulté de cerner les structures portuaires de Narbonne tient à l’image que nous nous faisons du port. Plusieurs auteurs se sont penchés sur la question des avant-ports, qui selon eux, devaient permettre le transvasement des marchandises provenant de grands navires de commerce sur des barques à fond plat. Après plusieurs années de recherches, on peut maintenant évoquer le grand port de Narbonne comme une zone portuaire à l’échelle des étangs de Narbonne (soit plus de 60 km2) avec des lieux de déchargements spécialisés et fluctuants.
L’image des ports de Claude et de Trajan à Ostie reste une exception dans l’Antiquité et il n’existe pas de modèle standard. Il a donc fallu s’affranchir des présupposés pour avoir une vision objective des découvertes de la lagune narbonnaise.
Il a donc fallu prendre en compte les changements de lieux pour des motifs environnementaux et la spécialisation de certaines zones portuaires, et ce sur plusieurs siècles. Cette spécialisation a provoqué des modifications liées à l’évolution du commerce : l’exemple de l’abandon du commerce du vin en vrac laisse supposer une restructuration de la zone de déchargement.
 
Le site du Castélou / Mandirac, est considéré depuis longtemps comme une probable zone portuaire, sans que son rôle soit clairement défini. Des prospections sur ce secteur ont permis de mettre en évidence l’existence d’une chaussée se poursuivant dans les marécages. En 2010, les fouilles ont mis au jour une seconde chaussée parallèle à une cinquantaine de mètres vers l’est. Les recherches réalisées depuis 2007 ont mis en évidence l’aménagement de l’embouchure du fleuve Aude dans la lagune durant l’Antiquité.
Les constructions sont exceptionnelles par leur mise en œuvre (construction en zone humide) et par leur ampleur : le cours d’eau, large de 50 m, est encadré par deux jetées d’une emprise de 17 m de large et suivis sur 1, 9 km qui servent également de quais pour le transfert des marchandises. Il s’agit d’un véritable endiguement, qui devait limiter les divagations du fleuve lors des grandes crues
Pour entretenir ces chaussées, des remblais de destruction de la ville sont apportés et des blocs de monuments démantelés sont réutilisés. Il est certain que la construction et l’entretien de tels ouvrages en milieu marécageux sur plusieurs siècles témoignent de l’importance de cette zone dans l’Antiquité et d’une volonté publique de les maintenir.

Lors d’un sondage pour observer la construction de la digue à Mandirac, une épave de l’antiquité tardive a été découverte. De nombreuses amphores sont restées présentesà bord et devaient constituer une partie du chargement initial du navire. On pense que ce navire a été réutilisé pour la réparation de la digue, sans doute après un naufrage, sans que la cargaison ne soit récupérée. La position et le calage du bateau indiquent qu’il a été placé volontairement à cet endroit. L’utilisation d’épave pour conforter les travaux de maçonnerie qui forment la base d'une construction en milieu humide est en effet un phénomène bien connu pour l’époque antique : on citera comme exemple l’utilisation de navires échoués pour le môle et le phare du port d’Ostie à Rome.

Le chantier de fouilles n'est pas ouvert au public. Les avancées des recherches seront visibles au Musée de la romanité Narbo Via.
location_on

L'Odyssée - Bages

Étape 23

Point de vue sur la saline d'Estarac

Si les vestiges de la saliculture ont ici pratiquement disparu, il n’en demeure pas moins que le point de vue sur la Saline d’Estarac, aujourd'hui propriété du Conservatoire du Littoral et site protégé depuis 1996, vous réserve un magnifique paysage. Un paysage méditerranéen comme sorti des premiers temps de la Grèce antique. Plus bas sur la colline, une succesion de parcelles de vignes, de grands pins majestueux où vous pouvez faire halte pour pique-niquer et une belle oliveraie aux reflets argentés. Si vous avez emporté de bonnes jumelles,vous pourrez observer de nombreuses espèces d’oiseaux sur la rive qui borde les plans d’eaux et loin de toute agitation, l’étang de Bages Sigean et ses îles.
 
location_on

L'Odyssée - Peyriac-de-Mer

Étape 24

Un village aux couleurs du sud

Situé au bord de l’étang du Doul, bordé par les collines de garrigue, la lagune et les étangs, Peyriac-de-Mer au coeur du Parc naturel de la Narbonnaise est un lieu de promenade idéal, avec sa place de village animée aux beaux jours, ses rues qui ont conservé aux devantures des portes les traces des croix des Templiers... Partout des fleurs rares ou disciplinées embaument l’air et courent sur les façades ocrées.  En bord d’étang, on découvre le petit port où sont amarrés les bateaux des pêcheurs. Tout près de là, l’ancienne saline et l’étang du Doul, propriétés du Conservatoire du Littoral vous offrent des points d’observation sur la nature à l’état sauvage. Un Vous cheminez sur un ponton qui traverse tout l’étang salin avec la sensation de marcher sur l’eau pour arriver dans un lieu magique : un site de baignade original dans un étang sursalé, où vous avez la sensation de flotter, en apesanteur. Selon le moment de la journée une lumière extraordinaire métamorphose les paysages et titille votre âme d’artiste. Alors, n’oubliez pas vos appareils photos.
location_on

L'Odyssée - Portel-des-Corbières

Étape 25

La bataille de la Berre

Nous sommes en 737, Charles Martel  fait le siège de Narbonne, la dernière capitale de notre Royaume Visigoth de Septimanie, tombée sous le joug musulman 18 ans plus tôt. Pour délivrer Narbonne, les armées musulmanes de Omar Ibn Chaled remontent d' Espagne et font voile vers l' étang de Bages-Sigean, tandis que la légendaire cavalerie arabe franchit les Pyrénées et établit son camp le long de la Berre. 

Profitant du relief accidenté des Corbières Orientales, Charles Martel surprend les arabes en les prenant à revers par les gorges de la rivière La Berre, séparant ainsi la cavalerie des troupes arrivées par la mer avant qu'elles n'aient le temps de se rejoindre et de se mettre en ordre de combat.
Le choc entre les deux armées aurait eu lieu près d'ici, le long du fleuve la Berre, sur plateau caillouteux, au nord-ouest de Sigean. La carte de Cassini, levée vers le milieu du XVIIIe siècle, y situe un lieu-dit “Champ de Bataille” dont le nom émanerait du souvenir de ce qui s'y passa autrefois..

Le carnage est terrible! On raconte que la rivière et l'étang ne sont plus qu'une immense mare de sang. Un chroniqueur de l'époque évoque le chiffre, sans doute exagéré, de plusieurs centaines de milliers de morts.

Si la grande histoire n'a pas retenu la Bataille de la Berre et que l'on apprend aux enfants que Charles martel arrêta les arabes à Poitiers, historiquement et stratégiquement elle a été pourtant beaucoup plus importante. Ici contrairement à Poitiers, où l'objectif final des musulmans était de lancer des razzias, ils avaient tout simplement l'ambition d'étendre la conquête de l' Islam et la colonisation sur tout le pourtour du bassin méditerranéen.
 
location_on

L'Odyssée - Sigean

Étape 26

Un oppidum dédié au commerce antique

Pech Maho est un site littoral occupé entre le milieu du VIe et l’extrême fin du IIIe s. av. n. ère qui présente un certain nombre d’originalités, dont celle de disposer d’une fortification particulièrement imposante.

Avant l’arrivée des Romains et de la création de la Narbonnaise, la région était peuplée par les Elysiques. Cette peuplade celtoibère vit dans des oppida (villages de l’Âge du Fer), toujours construits sur des points stratégiques : soit, en hauteur pour se défendre, soit dans des lieux facilitant le commerce, comme ici à Pech Maho. En effet, le site se situe à proximité immédiate d’un golfe ouvert sur la Méditerranée (maintenant devenu l’étang de Bages Sigean), et il surveille les passages sur la Voie Hérakléenne (ancêtre de la Via Domitia), qui passe juste en contrebas.

L’oppidum est le nom donné par les romains aux places fortifiées des Gaulois (ou celtes). Des noms de peuples locaux nous sont parvenus par les écrits : les Elisyques autour de Narbonne, les Sordes en Roussillon …
Dès le IIIème siècle, des Celtes arrivant de l’ouest, les Volques, s’installent dans l’Aude et dominent le pays jusqu’à l’arrivée des romains.

L'oppidum a une vocation de débarcadère et de place d'échanges avec le commerce comme point central d'activité.
Grâce aux découvertes sur le site, on sait que les Elysiques commercent avec tout le Monde Méditerranéen : amphores puniques, vases attiques, poteries ibères, etc. Les habitants de Pech Maho importent de l’huile et du vin, qu’ils échangent contre des céréales, du sel, ou encore du minerai des Corbières. Certaines hypothèses tendent à penser que l’économie dominante de Pech Maho reposait sur le commerce du sel.
De nombreuses traces d’activité métallurgique, et notamment de forge, ont été mises en évidence à l’intérieur même de l’habitat dès les phases les plus anciennes tandis qu’extra-muros, des champs de silos ont été repérés, qui témoignent d’importantes capacités de stockage de grains, probablement destinés à l’exportation.

Les relations commerciales semblent  très bien réussir à certains habitants, puisqu’il a été retrouvé de véritables objets de luxe : céramiques peintes, rhyton en forme de sphinx, vase à garum… Ce comptoir commercial très actif est utilisé comme relais par les Grecs de Marseille et d’Ampurias.

La découverte d’une lettre commerciale (début du Ve s. av. n. ère), inscrite sur une feuille de plomb, est un témoin particulièrement probant de la fréquentation du site par des négociants méditerranéens et de l'importance des échanges qui se pratiquent alors sur le littoral du Golfe du Lion.
Ses liens avec le Roussilon et la Catalogne sont particulièrement forts tout au long de ses quelque trois siècles d’existence.

L’oppidum est détruit à la fin du IIIe siècle av. J.C., [probablement pendant les guerres puniques et peut-être en représailles du soutien de ses habitants à Hannibal.] Mais son toponyme se serait perpétré pour désigner le nouveau site d’habitat connu sous le nom de Sigean.

Visite guidée Musée des Corbières et Oppidum uniquement le mercredi matin d'avril à octobre et le samedi matin de novembre à mars.

Références: María José Pena, professeur émérite à l’université autonome de Barcelone - La fortification de Pech Maho (Sigean, Aude) aux IVe-IIIe s. av. n. ère par Éric Gailledrat et Alexandre Beylier (ASM)
 
location_on

L'Odyssée - Sigean

Étape 27

Un village méridional

A l’époque gallo-romaine Sigean tire son nom d’un important domaine agricole, la villa “Sejanum”. La ville est d’ailleurs située sur le parcours de la célèbre Via Domitia qui reliait Rome à Cadix en Espagne, une étape incontournable sur un axe stratégique, politique et commercial. Le centre ancien se développe au Haut Moyen-Age sur une hauteur défensive. L’existence du château est attestée dès le XIe siècle. Il dépendait de l’archevêque de Narbonne, baron de Sigean. À partir du XVe siècle, le bourg regroupé autour du château et protégé par une enceinte, s’étend au-delà des murailles. La ville proche de l’ancienne frontière est détruite à plusieurs reprises. En 1659 le traité des Pyrénées met fin à quatre siècles de conflits, qui oppose le Royaume de France à l’Aragon puis à l’Espagne. A partir du XVIIIe siècle on assiste à une forte croissance économique et démographique liée à l’assèchement des plaines et à leur mise en culture, au commerce du sel et à l’essor du port de la Nouvelle. Celui-ci est détaché de Sigean et érigé en commune en 1844.

Aujourd’hui c'est une petite ville méridionale paisible et dynamique à la fois. Elle abrite de nombreux vestiges de son histoire riche et mouvementée dont ceux d'une première occupation humaine de l’âge du Fer à Pech Maho. Elle est pleinement tournée vers l'art avec un lieu d'art contemporain unique et qu'il ne faut manquer de visiter. Elle offre une plalette de possibilités pour vivre et connaitre la nature: les chemins de garrigue et les sentiers de randonnée qui relient de nombreux sites remarquables et panoramiquesautour du vieux salin, la base de port Mahon sur l'étang, les îles, le vignoble parsemé de murets en pierre sèche... C'est l’étape incontournable pour la découverte des Corbières maritimes et des milieux lagunaires.

Elle est blottie autour de son clocher, ses placettes animées, son marché coloré... et bénéficie d'un environnement naturel et paysager remarquable, entre étangs, garrigue et massif des Corbières. Son originalité: une réserve d'animaux d'Afrique sur 300 ha qui vivent là en semi-liberté, un incontournable de la destination!
 
location_on

L'Odyssée - Sigean

Étape 28

Musée des Corbières

Situé dans l'ancienne demeure de Martin XVIIIème siècle, il regroupe au 1er étage, les fouilles archéologiques de l'Oppidum de Pech Maho (ou Pech de Mau VIème-IIIème siècles avant J.C.), ainsi que les fouilles du canton. Elles sont présentées dans un ordre chronologique et thématique. Au dernier étage l'exposition Les Corbières : frontière ou passage ? permet d'aborder le Bas Moyen Age et l’Époque Moderne sous l’angle des fluctuations de cette frontière entre le Royaume de France et l’Aragon du XIIIème au XVIIème siècle.

Visite guidée du Musée des Corbières et de l'oppidum de Pech Maho le mercredi matin d'avril à octobre et le samedi matin de novembre à mars.

3 heures de visite comprenant celle du Musée des Corbières suivie de la visite sur site de l'oppidum de Pech-Maho. Le rendez-vous est donné à 9h devant le Musée, place de la Libération avec votre véhicule personnel.

Equipements et Services
Animation thématique spécifique
Atelier pour enfants
Conférences
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 29

Une ferme éolienne

Découvrir une ferme éolienne
Située sur les hauteurs de Port-La Nouvelle, au milieu de la garrigue odorante, le parc éolien des Corbières Maritimes se compose de 15 éoliennes, dont le sommet des pales culmine à plus de 60 mètres au dessus du sol.
Elles fournissent de l’énergie dans le plus grand respect de l’environnement – l’équivalent de la consommation de 10 000 habitants.

Si vous voulez en savoir plus, Mare Lise Fougnies, guide accompagnateur enthousiaste, organise des visites guidées sur rendez-vous pour les groupes.

Accès au site : A la sortie de Port la Nouvelle, route départementale 9, en direction de Lapalme - 40 mn de marche pour atteindre les éoliennes

Informations pratiques : prévoir des chaussures de marches et de l’eau
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 30

Vue panoramique à 180°

Grimpez au dessus de la ville . Au départ du Sentier Cathare, quatre tables d'orientation et d'interprétation ont été installées en 2012.  Votre effort est récompensé. D'ici la vue à 180° embrasse la ville et son environnement (Etangs de Bages et Sigean, Narbonne et sa cathédrale Saint Just, l'île Sainte Lucie, la Nadière, les anciens salins, ainsi que la côte depuis Saint Pierre-la-Mer jusqu'à la falaise de Leucate...)     

Accès possible pour les personnes à mobilité réduite (parking à proximité)
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 31

Une ville tournée vers la mer

Bâti sur la rive droite d'un chenal sinueux reliant l'étang de Bages à la Méditerranée, le hameau de la Nouvelle voit le jour au début du 18° siècle avec la construction d'un môle protégeant l'entrée du port. Au siècle suivant, les habitants du hameau - en majorité des marins pêcheurs venus du village voisin de Gruissan,  demandent leur séparation de la commune de Sigean, dont ils dépendent. En 1844, ils obtiennent satisfaction : la commune de La Nouvelle était née. Ses débuts sont difficiles, son seul trésor c’est la mer. Mais au début du 20° siècle, l'essor du tourisme balnéaire fait son bonheur. L'arrivée en 1962 d'une colonie de rapatriés d'Algérie voit sa population décupler avec la création d'un véritable port de pêche.  Depuis, les activités du port de commerce se sont développées,  un véritable port de pêche industrielle  est venu se substituer à une activité jusqu'alors artisanale et un port de plaisance est né.

Aujourd'hui, Port-La Nouvelle reste une petite ville à visage humain et où il fait bon vivre toute l'année. Vous pouvez profiter d’immenses étendues de sable fin pour de longues balades ou des activités de plage en famille. La rencontre avec le monde de la mer c’est autour des pêcheurs qu’il vous faut la vivre. Ici tout respire l’air du large et les pêcheurs sont là pour vous faire partager leur amour du métier et de la Méditerranée. Entre mer et lagunes, la visite des îles de la Nadière et Sainte Lucie s’impose, ce sont deux joyaux de la biodiversité aux paysages exceptionnels.
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 32

Le retour de pêche

Poisson frais garanti !
Tous les matins à partir de 8h30 (sous réserve météo), venez assister à l'arrivée des petites embarcations, parties aux premières lueurs du jour, pour ramener le poisson frais du jour !
Une vente directe aux particuliers est effectuée sur les quais.
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 33

Une plage familiale en coeur de ville

La plage du Front de Mer de Port la Nouvelle s'étend sur 1 km en bordure de commerces et d’habitations. C’est une zone fréquentée par les familles. En été et pour plus de tranquillité, descendez un peu vers le sud (au niveau du poste de secours n°3).

Hors saison, c'est un espace de pleine nature à votre porte où l'on vient pour se balader, faire son jogging du matin, s'oxygéner...

Sur place: trois postes de secours répartis sur toute la longueur et des accès aménagés pour les personnes à mobilité réduite.
Sanitaires (dont PMR) sur le parking jouxtant la plage du Front de Mer.

Petit plus pour les familles: des aires de jeux sont également disponibles sur le sable.
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 34

Paricipez à une pêche à la traine

Si vous êtes dans le coin un dimanche matin (en été et selon le temps) venez découvrir une des facettes du métier de pêcheur et  participez à une démonstration de pêche à la traîne (pêche ancestrale).
Les pêcheurs sont heureux de vous faire partager quelques uns de leurs petits secrets et vous invitent à en parler autour d'une sardinade (sardines grillées). Convivialité et authenticité garanties!
A partir de 9h30, en juillet et  août.
 
location_on

L'Odyssée - Port-La-Nouvelle

Étape 35

une plage nature

La plage des Montilles presque totalement sauvage n'est surveillée que sur les abords de la plage centrale. La prudence est donc de rigueur, en particulier avec les enfants. On distingue deux zones. Une première proche du centre-ville où la fréquentation est familiale. Puis en direction du Sud, la plage devient naturiste.
L’accès au parking se fait à l’extrémité sud du boulevard Eschasseriaux par une piste aménagée au départ.
Les campings cars peuvent y accéder.
location_on

L'Odyssée - La Palme

Étape 36

Un village médiéval entre eau douce et eau salée

La fondation de La Palme est très ancienne, car sa situation stratégique aux bords de la célèbre via Domitia en faisait une étape obligée pour de nombreux voyageurs de l’antiquité. Son nom daterait du 4eme ou 5eme siècle et aurait pour origine le retour de pèlerins en provenance de Jérusalem, lesquels avaient pris pour habitude de revenir de la Terre Sainte avec une branche de palmier à la main. Cette palme dite « palme de Jéricho » était la preuve la plus éclatante et la plus glorieuse de leur pèlerinage. Ils étaient fiers de la montrer à ceux qui étaient restés au pays. La meilleure manière de se prévaloir de cette fierté était de déposer « la palme » sur l’autel de la paroisse lors d’une cérémonie religieuse ou d’une procession. De cette coutume qui ne concernait que quelques personnes revenant d’Orient,  la population se serait mise à les appeler les « Paulmiers » ou les « Paumiers.

Aujourd’hui La Palme est une petite ville qui regorge de trésors et saura vous séduire en flânant dans ses rues pleines de charme. Au hasard de votre balade de nombreux vestiges des murs d’enceinte, d’anciennes portes et du bastion : la tour de l’horloge, vieille porte principale, et la porte de la barbacane, ancien pont-levis, bien conservés,  dévoileront tout leur charme. Faites un stop sur la place du village et profitez-en pour visiter l'église Saint Jean. En poursuivant votre flanerie vous croiserez sûrement un tracteur allant ou venant d’une des nombreuses vignes qui entourent le village, vous remarquerez aussi les portails colorés derrière lesquels les vignerons élaborent et élèvent leurs cuvées parmi les meilleures du Languedoc.

Mais La palme, c’est aussi un étang, un site magique où la rencontre de l’eau salée, de l’eau douce, du soleil et du vent fait jaillir le sel, l’or blanc des Corbières maritimes. Les anciens salins témoignent d’un authentique art de vivre entre l’homme et son environnement.

Au bord de l'étang, prenez le temps de contempler le paysage ou, plus sportif, testez le kite ou le windsurf. Puis au bout du chemin, la plage. C'est une des jolies plages sauvages du territoire.

Alors si vous avez l’âme artiste, ou tout simplement la curiosité de la découverte, prenez le temps de découvrir nos pépites.

 
location_on

L'Odyssée - La Palme

Étape 37

Rencontre avec des brasseurs de bières artisanales

Une halte s'impose à la Brasserie 5B à l’heure de l’apéro
Bien installés sur la terrasse aménagée vous pourrez vous laisser aller à la dégustation de bières artisanales bio élaborées sur place accompagnées de quelques tapas. Si vous êtes curieux, les propriétaires des lieux se feront un plaisir de vous faire partager leur passion.

Car déguster une bière, c'est aller à la rencontre d’un brasseur. Ici  Delphine Roulier, œnologue diplômée et propriétaire de la toute jeune brasserie en bord de mer, la Brasserie 5 BIS à La Palme, s’inscrit dans ce beau retour de la bière artisanale en France pour le plus grand plaisir des amateurs de bières.

Toutes les bières sont certifiées bio.
Elles se déclinent en 2 gammes : ZEFYR et ZEF

Horaires d'ouverture : 10-13h / 18h-21h

 
location_on

L'Odyssée - La Palme

Étape 38

Des Higlands dans le vignoble

Une rencontre insolite
Non vous ne rêvez pas ! ce sont bien des vaches des Highlands qui paissent tranquillement dans les vignes au bord de l'étang de La Palme.

Voilà une vision pour le moins inattendue. D'où viennent ces vaches? L'initiative revient à Marc Castan, jeune vigneron indépendant qui a concrétisé ce projet qui lui tenait à cœur.

Le domaine s’appelle Mamaruta, qui signifie coccinelle en roumain. Il s'inscrit dès lors dans une démarche bio et même biodynamique.

Les vaches Highlands sont assez gourmandes et ont déjà un faible pour les feuilles d'olivier qu'elles ont découvert sur le domaine. Elles peuvent aussi  goûter aux joies de la baignade dans l'étang dès qu'il fait chaud !

Marc Castan nous explique SON mode de travail de la vigne
Nous travaillons les sols en douceur afin de leur redonner vie et de laisser place à la biodiversité. Pour cela, nous remplaçons peu à peu le tracteur par le cheval et nous désherbons à la main quand la saison ne nous laisse plus l'occasion de laisser les vaches pâturer.
 
Nous implantons également des haies d'arbres en bordure de vigne et nous assurons l'entretien et le nettoyage des parcelles à la main (réfection des vielles murettes en pierres, entretien des arbres et des chemins…)
 
Nos traitements sont réalisés uniquement à base de soufre, d'argile verte et de décoctions de plantes comme par exemple la camomille, l'ortie, le pissenlit, la lavande ou le romarin.

Afin de préserver une acidité naturelle et ne cherchant pas de fort degrés alcooliques, nous commençons les vendanges dès la mi-août. Elles sont faites à la main et uniquement le matin pour ne pas exposer la récolte à la chaleur. Toujours dans l'optique de rentrer en cave des raisins sains et qualitatifs, nous n'utilisons seulement que des petites caissettes.

Alors séduits? Poussez jusqu'au caveau, dansle village pour une dégustation avec le maître des lieux, des vins produits sur le domaine. Sur rendez-vous uniquement.
 

Laissez-nous vous inspirer
pour ne rien manquer

Pour vivre pleinement votre odyssée, nous avons sélectionné pour vous

Étapes incontournables

Expériences

Adresses recommandées

Prestataires associées

Attraits touristiques

Balades & Randos

Renseignements

OFFICE DE TOURISME DE GRUISSAN
04 68 49 09 00
www.gruissan-mediterranee.com

GRAND NARBONNE TOURISME
04 68 48 14 81
www.visit-lanarbonnaise.com

Office de tourisme de Sigean
04 68 48 14 81
http://visit-lanarbonnaise.com/fr/sigean

Office de tourisme de Port-La Nouvelle
04 68 48 14 81
http://visit-lanarbonnaise.com/fr/port-la-nouvelle

Office de Tourisme de La Palme
04 68 48 56 88
Tél : 04 68 48 14 81
http://visit-lanarbonnaise.com/fr/la-palme

 

Recommandations

Je pense à l’environnement !
Je soutiens les producteurs en consommant des produits locaux et de saison. En balade ou sur la plage, je prévois un sac pour jeter mes déchets. Je respecte l’écosystème et je touche le moins possible aux animaux et aux plantes. J’utilise une gourde plutôt qu’une bouteille en plastique. Je privilégie les déplacements à pied, à vélo, en voiture électrique, transport collectif...