La route bleue du village de Gruissan vous permet de découvrir un des plus beaux villages circulaires de France qui a su conserver son aspect typique et ses couleurs méditerranéennes originelles. Cette balade vous emmène percer les secrets et les petites histoires d’un village ancestral de pêcheurs et de vignerons, avec ses ruelles et ses maisons traditionnelles qui font cercle au pied de la Tour « Barberousse ».
La route bleue du village de Gruissan vous permet de découvrir un des plus beaux villages circulaires de France qui a su conserver son aspect typique et ses couleurs méditerranéennes originelles. Cette balade vous emmène percer les secrets et les petites histoires d’un village ancestral de pêcheurs et de vignerons, avec ses ruelles et ses maisons traditionnelles qui font cercle au pied de la Tour « Barberousse ».

Pourquoi ce départ?

À vivre

16
Étape(s)
0
Expérience(s) ou
Incontournable(s)
5
Circuit(s)

Pour qui ?

Les + du parcours

- La découverte d’un authentique village de pêcheurs / agriculteurs
- L’escale à la halle des pêcheurs ou sur le vieux port pour acheter du poisson frais
- Le marché sur la place du village
- L’immersion dans la vie de village à travers les siècles
Des étapes du parcours jeu pour amuser les enfants.

M'y rendre

Expériences phares

A pied
1h
SoloCoupleGroupFamilyChildrenTeenagersSeniors

La montée ver le Pech des moulins n’est pas accessible aux poussettes et personnes à mobilité réduite

Terrain
Nature
Distance
3.5km
Dénivelés
+29m | -29m
En boucle
Oui
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 1

Point de départ - Parking des Moulins

Le moulin – Bord d’étang autrefois
Le moulin situé sur le parking à l’entrée du village marquait probablement la limite du village. Aucune archive n’atteste réellement cette information mais il s’agissait certainement d’une tour de guet. Au bord de l’étang : le « chemin neuf » que vous allez suivre était autrefois le lieu de promenade et de rencontres privilégié entre filles et garçons. Avant la mixité des écoles (1964), les jeunes avaient peu d’occasions de se rencontrer et les promenades devaient se faire en groupes ! Les filles ne devant pas se retrouver seules avec les garçons.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 2

La vie d'autrefois

Au bord de l’étang : le « chemin neuf » était un lieu privilégié de promenades et de rencontres entre filles et garçons. La mixité n’ayant été mise en place dans les écoles qu’à partir de 1964, ces promenades le long des étangs étaient les seules occasions de réunir filles et garçons, malgré les recommandations des mères qui imposaient à leurs filles de rester entre elles ! Lors de ces sorties, bien qu’envahis par les moustiques, les enfants se battaient avec des branches de tamaris (Le tamaris est un petit arbre méditerranéen qui pousse rapidement, dans les terres pauvres et sableuses. L'arbre se plaît en bords de mer et supporte bien les embruns). Au bord de l’étang, les enfants plus jeunes se battaient avec les arbanels, ces herbes qui sèchent en tas au bord de l’eau.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 3

Le vieux village et ses rues

Dans le cœur du vieux village de Gruissan, chaque rue, chaque quartier, chaque demeure ou lieu de vie, chaque patronyme raconte sa propre histoire et décrit tour à tour ce que furent la vie et les coutumes de ce peuple de marins-pêcheurs : le lavoir, la faubourg de « la Croix blanche », le passage de l’étang, la fontaine du Griffoul, le Château, les bergeries du quartier de la Vendée, le Pech Maynaud, le banc de Coural…etc…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 4

L'église ND de l'Assomption

Située au centre du village, au pied de la Tour Barberousse dont elle est contemporaine (du même temps), l’église est un des plus vieux édifices de la commune.
Typique du XIIIème siècle languedocien, elle a subi de nombreuses modifications depuis sa création en pierre de l’île Sainte Lucie et calcaire de la Clape. De nombreux détails donnent à penser qu’elle fait partie à l’origine du système de défense du village. Quant au clocher, dont la datation est difficile à établir, il semble qu’il ait pu servir de tour de garde pour le quartier situé au bas du Château.
A l’intérieur du sanctuaire, le décor du XVIIème disparu a été remplacé, sous le règne de Louis Philippe, par une statue de l’Assomption et le baldaquin du chœur. Sur le mur oriental on admire un grand tableau, œuvre du Peintre audois Jacques Gamelin (1738/1804). C’est en fait un gigantesque ex-voto commandé au Peintre par la communauté gruissanaise, et particulièrement les Patrons-Pêcheurs, pour commémorer le sinistre du 28 février 1797, date du naufrage de quatre bateaux du village entraînant la mort de 32 marins.
Dans ce tableau Gamelin présente deux aspects de la vie des pêcheurs : à droite la vie quotidienne, paisible dans une atmosphère claire et ensoleillée, à gauche sous un ciel tourmenté et sombre, la description du naufrage au large de la Vieille Nouvelle, encore visible aujourd’hui de l’autre côté du grau. Au centre de la composition, le Saint-Pierre dans une attitude implorante, semble intercéder pour la communauté des pêcheurs, dont il est le Saint Protecteur.
 
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 5

La Tour Barberousse, la tour de guêt

Mais d'où vient cette légende qui persiste à associer le château de Gruissan à un certain Barberousse ?
L'origine la plus crédible est liée à Khizir Khayr ad-Dîn Barbe Rousse (1466-1546), maître de la flotte Ottomane qui, au XVe siècle, symbolisait la piraterie, et dont le nom inspirait l'effroi à tout ce qui flottait en mer et jusqu'aux ports soumis à ses incursions. Mais en ce temps-là, Gruissan est une proie bien trop misérable pour intéresser ce requin du grand large, aux yeux vifs comme l'éclair, au nez aquilin, au teint basané et à la barbe rousse. Reste un autre Barberousse comme père éponyme de cette noble ruine, il s'agit de Gaspard Dot dit "Barberoussette" ou "Barberousse" dont l'activité fluctuant entre corsaire et pirate, se déroulait dans le Golfe du Lion. Une chose est sûre, le nom de Barberousse est toujours lié aux corsaires ou aux pirates, qui ont toujours su perpétuer les légendes…
La visite de ce château occitan qui est un des symboles les plus remarquables du patrimoine historique et architectural gruissanais vaut le détour. Construit au XIe siècle pour défendre Narbonne des pirates, ce château se dresse sur un socle rocheux qui forme l'assiette de la forteresse.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 6

Les rues du vieux village

En 1805 suite à une pétition de plusieurs habitants :
" Personne d'entre nous ne peut disconvenir que dans la plupart des rues du bourg, les eaux qui s'écoulent des éviers restent stagnantes et s'y corrompent d'autant plus vite qu'elles ont servi à laver le poisson. Ces eaux exhalent jusque dans les maisons des odeurs fétides qui font craindre pour la santé des habitants et il est à appréhender que ces miasmes impurs n'occasionnent des maladies épidémiques dans le bourg. Les étangs qui entourent la commune s'étant relevés, il faut nécessairement que les rues le soient aussi un peu afin que les eaux trouvant leur pente, puissent s'écouler dans les étangs."
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 7

Paysages de lagunes

Sur l’immense complexe lagunaire de Gruissan, ou s’entremêlent canaux et étangs, berceaux d’une biodiversité extraordinaire, le pêcheur n’a que l’embarras du choix pour se balader, en bordure des prés-salés et des champs de salicorne, histoire d’y surprendre canne en main, loups, mulets ou daurades que la richesse du milieu attire ici sans relâche. Fort de différentes techniques de pêche, il est le maître des lieux et communique via un langage au combien particulier dont seuls les gruissanais ont le secret.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 8

l'Histoire des pêcheurs au fil des siècles

Pêcheur un jour, pêcheur toujours…tel pourrait être l’adage qui résume l’histoire des pêcheurs de Gruissan. De pères en fils ils ont traversé les siècles, guidés par une passion ancestrale et un savoir faire naturel. La plupart des quartiers du vieux village, comme celui de la Vendée, se souviennent encore de la vie animée des pêcheurs et de leurs familles. Dès le Moyen Age, ces capitaines au long cours bravaient courageusement les éléments à bord de leurs embarcations, usant de techniques de pêche, comme « les bateaux bœufs » parfois controversées…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 9

Eau douce et eau de mer

L’histoire de Gruissan a toujours été liée de près comme de loin à l’évolution des espaces lagunaires et maritimes qui entourent ce beau village en circulade. Des lieux comme le vieux port, le lieu dit « la fontaine », le pont qui relie le bourg à l’Ile Saint Martin, le chenal du Grazel, témoignent de la surprenante adaptabilité des gruissanais à composer avec la Nature. Les pêcheurs eux-mêmes ont toujours su exercer leur métier aussi bien en étangs qu’en mer….drôles d’embarcations que furent les leurs et dont certaines sont encore utilisées de nos jours. Au large, la Mer Méditerranée, nourricière et bienveillante, regorge d’une extraordinaire biodiversité marine, aussi riche que fragile et dont les pêcheurs de Gruissan prennent grand soin, conscients des dangers grandissants qui la menacent.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 10

La halle aux poissons

C’est un des lieux incontournables du village : la Halle aux poissons se transforme le matin en vitrine de la pêche réalisée à Gruissan, en mer et dans les étangs. Située en bordure du chenal menant à la mer et du petit port, elle est en effet une fenêtre ouverte sur le travail des pêcheurs locaux. Elle joue aussi les baromètres pour évaluer la richesse de nos eaux maritimes. Ils sont au total 8 patrons pêcheurs à se partager les étals de la Halle, ouverte tous les jours de Pâques à la Toussaint, le matin. La Halle ouvre également « en fonction de la pêche réalisée » : « Celui qui prend du poisson est libre de s’y installer ». Les pêcheurs présents se complètent, certains travaillant à la mer, d’autres en eaux intérieures, en étang. Jamais l’expression « du producteur au consommateur » n’a été aussi juste. Une fois la pêche du jour prélevée, le poisson est vendu sur place dès 9 heures. Les « spécialités » de l’Ayrolle ? Le loup, la daurade, le mulet et l’anguille. De quoi ravir les amateurs de poisson frais ! Une quinzaine de pêcheurs – un peu moins durant l’été – pratiquent leur art en continu. « La seule pause, c’est de mi-janvier à mi-février, période durant laquelle le poisson se reproduit ». Chaque pêcheur installe ses filets où il veut, à condition de rester à distance raisonnable (une centaine de mètres) de ses confrères de l’étang. Et le poisson est au rendez-vous.
En automne et en hiver, certains patrons pêcheurs sont basés à l’Ayrolle, avec un espace de travail plus restreint mais qu’ils apprécient tout autant : « une profession qui se modernise dans sa façon de pêcher avec des jeunes qui n’hésitent pas à se lancer dans le grand bain ». Tant mieux pour Gruissan : encadrée par les sages, une génération de gardiens des eaux se lève.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 11

Les bâtiments du village - Ecole maternelle

Le 1er février 1894, le Conseil Municipal décide la création d'une école maternelle : "Elle permettra aux nombreuses femmes de pêcheurs de mieux seconder leur mari dans leur travail quotidien. Elle constituera un grand avantage pour les jeunes enfants qui sont laissés sans surveillance ou abandonnés à la garde de jeunes frères ou soeurs qui ont besoin eux-mêmes d'aller à l'école ».
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 12

La Prud'homie de la pêche

Au numéro 7 de l’avenue Jean Camp, se dresse un étrange bâtiment aux volets bleus, décoré d’ancres de marine et du drapeau tricolore français. Il s’agit de la Prud’homie des pêcheurs. Ce tribunal né à la fin du XVIIIème siècle est l’épicentre de la vie juridique et territoriale des pêcheurs. Ses rôles sont précis et les échanges fermes et très sérieux. Si les pêcheurs sont les premiers protecteurs de l’environnement, le buste de Saint Pierre veille sur ses fidèles et leurs précieux butins…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 13

Le Pech des moulins

Vous l’aurez compris, la pêche est inscrite depuis toujours dans les gènes des gruissanais, mais elle ne demeure pas la seule activité économique du village. Quelques vestiges d’un patrimoine rural et agricole ont été réhabilités à partir de 2001 au lieu dit « le pech des moulins ». Au-delà de l’époustouflante vue panoramique qu’il offre, ce site retrace une partie de la vie des pêcheurs agriculteurs où moulins, bergeries et arbres fruitiers complétaient les ressources alimentaires des villageois. Lieu de cultures mais aussi lieu de rencontre où les familles prenaient plaisir à se retrouver pour des promenades bucoliques.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 14

La cave coopérative de Gruissan

La cave coopérative de Gruissan a vu le jour en 1947. A la veille des vendanges, 4 viticulteurs gruissanais ont l’ingéniosité de créer une société coopérative agricole de vinification : une épreuve difficile avec une mise à disposition très limitée des différents matériaux pour la construction. D’abord une première série de cuves non couvertes et non clôturées, très lourdes et qui s’enfonçaient dans le sol sablonneux. Puis, 1948 voit la construction des toitures et des murs. Entre 1956 et 1989, la cave bénéficie de nombreux aménagements. Outre la rencontre décisive avec l’acteur Pierre Richard qui missionne la cave pour vinifier les vins de son domaine « Château Bel Evêque », les années 90 sont synonymes de modernisation, d’agrandissements et de rémunération différenciée pour les viticulteurs visant à privilégier une production qualitative.
Du début du XXIème siècle à nos jours, la cave se dote d’équipements nécessaires à son essor commercial (ouverture d’un second magasin de vente, vitrines de produits du terroir…). Les adhérents font preuve d’une grande créativité et donnent naissance à des cuvées prestigieuses aux qualités gustatives reconnues jusqu’en Asie, telles que le « Grussius », « l’Effet Mer », « les Sens de la Garrigue », « Quand les filles s’en mêlent » ou « le Sens des étangs ».
En 2016, la cave est honorée du label « Tourisme Sud de France » et obtient la certification du mode de production biologique auprès de CERTIPAQ BIO (organisme certificateur agréé).
Les vins de Gruissan, comme la cave coopérative qui les vinifie, les élève, les conditionne et les distribue, sont reconnus pour leur caractère atypique. AOC Corbières à 90 %, ils mûrissent leurs cépages entre les contreforts du massif de la Clape et l’île Saint Martin, où Mourvèdre, Grenache et Carignan leur confèrent ces arômes uniques.
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 15

Le port de plaisance

A Gruissan, l’espace est morcelé entre les reliefs (Pechs, Clape), le village de pêcheurs qui s’enroule autour de son Château depuis le XIème siècle, et la plage des Chalets, urbanisée dès les années 1850 dans le cadre d’un tourisme familial et spontané. Entre le village et les Chalets s’étend un vaste espace marécageux, recouvert d’eau lors des entrées maritimes et où serpente un chemin que les Gruissanais nomment « la piste ».
Au début des années 1960, l’Etat engage une politique d’aménagement du littoral destinée notamment à capter les flux touristiques en direction de l’Espagne. Pour ce faire la mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon dite «Mission Racine», est créée en 1963. Elle réalisera la Grande Motte, le Cap d’Agde, Port Leucate, Port Barcarès, Saint-Cyprien et Gruissan. Le port de Gruissan verra ses premiers touristes arriver en 1976…
location_on

L'Odyssée - Gruissan

Étape 16

Retour parking des moulins

Retour à l'entrée du village.L'histoire de Gruissan n'a plus de secrets pour vous désormais...ou presque !

Laissez-nous vous inspirer
pour ne rien manquer

Pour vivre pleinement votre odyssée, nous avons sélectionné pour vous

Étapes incontournables

Expériences

Adresses recommandées

Prestataires associées

Attraits touristiques

Balades & Randos